Arevakhatch (croix du soleil) ou la croix gammée arménienne

Le svastika, considéré parfois un symbole du mal, le liant au fascisme et au nationalisme, a des racines plus anciennes.
Arevakatch ou le svastika arménien est l'un des symboles arméniens de l'éternité et de la renaissance.

Le signe de l'éternité avait des noms différents chez différents peuples, mais au XIX siècle le nom "Swastika" ou "Svastika"  s'est répandu.  Le mot "svastika" est un composé de deux racines sanskrites: su-सु (bien, bénédiction) et, asti-अस्ति (vie, existence). Ainsi, le mot lui-même signifie "le bien-être" ou "la prospérité". Il est représenté par une courbe avec des virages courbes à droite ou à gauche provenant d'un point.
En Arménie et dans ses sites historiques, le signe de l'éternité se retrouve partout, sur les éléments des monuments architecturaux, sur les murs des églises, dans les fresques, dans les miniatures, sur les khachkars, les tapis, les ornements, les vêtements, les articles ménagers, sur les constructions publiques, privées et religieuses.

Chez les Arméniens, ce signe est connu sous les noms suivants: Arevakhach (croix solaire, croix du Soleil) ou Vahagnakhach (croix du dieu du soleil Vahagn), Khach Paterazmi (croix de guerre) et Kerkhach (croix courbe).
Le sens premier d'Arevakhach est la lumière divine et le soleil et le mouvement de vie, de prospérité, de gloire, d'éternité et de chance qu'ils apportent. En Arménie antique, Arevakhach était représenté sur des armes, des tapis, des vêtements, des bannières de clan et des écussons, et était également utilisé dans la conception des églises et maisons.
Avec sa forme, la croix gammée donne l'impression d'un mouvement eternel, ce qui symbolise lui-même le mouvement du soleil. L'Arevakhach est principalement composé de 8 ailes, et pour les Arméniens-ariens ces derniers symbolisaient les 8 dieux du système divin arménien. Ce sont :  

  • Aramazd (dieu suprême de la mythologie arménienne, le créateur du ciel et de la terre, le père de tous les dieux),
  • Anahit (déesse-mère),
  • Astghik (déesse de l'amour et de l'eau),
  • Vahagn (dieu suprême de la guerre, du courage, de la victoire et de l’orage),
  • Mihr (dieu de la lumière céleste et du soleil),
  • Nané (déesse de la guerre),
  • Tir (dieu des lettres et de la science),
  • Vanatour (dieu de l'hospitalité et de la personnification du Nouvel An pour les anciens Arméniens).

Cependant, il existe également la croix gammée à 12 ailes qui symbolisait les 12 signes du zodiaque, qui, selon eux, régulaient les changements terrestres et cosmiques.

Dans l'épopée folklorique arménienne "Sasuntsi Davit" (David de Sassoun), le signe a reçu un autre nom, "Khach Paterazmin", "croix militaire" ou "croix de guerre". Là, c'était un symbole de la lutte des Arméniens contre les envahisseurs.
Une recherche a démontré que les lettres de l'alphabet arménien pouvaient être des images modifiées d'Arevakhach.
"Ker khach" (croix courbe), personnifie la rotation éternelle de la Terre, du Soleil et du cosmos. L'origine de ce symbole est associée aux signes ariens. La rotation dans le sens horaire de la croix courbe symbolise la vie-mort-vie, c'est-à-dire l'infini, ainsi que la rotation. La rotation dans le sens antihoraire symbolise la mort-vie-mort.

Les premières images de la croix gammée en Arménie remontent au néolithique (environ 7000-5000 avant JC). On rencontre les prototypes les plus anciens des svastikas arméniens sur les pétroglyphes des montagnes des hauts plateaux de Geghama et de la région de Syunik. Puis, à l'époque de l'âge du bronze, l'Arevakhach est devenu l'un des ornements les plus populaires et il a été représenté sur de nombreuses poteries, ceintures en bronze et bijoux. Plus tard au Moyen Âge, ce symbole a commencé à être largement utilisé dans l'architecture, la miniature et le tissage de tapis. Après, à l'époque du christianisme, ce signe est devenu un symbole d'éternité, symbolisant l'éternité de la vie céleste.

Depuis le 5ème siècle, il a été largement utilisé sur les monuments commémoratifs, puis sur les khachkars. Étant l'un des ornements les plus importants des khachkars, l’Arevakhach était largement utilisé dans la construction des églises.

Il est à noter également que depuis 1987, le svastika arménien fait également partie de la collection de caractères informatiques. Il est souvent utilisé au lieu de * pour séparer des parties de texte.
En 2010, l'Institut national des normes de la République d'Arménie a recouru au consortium Unicode et a proposé d'enregistrer le signe de l'éternité arménienne, en présentant la description et la justification du caractère. Ce signe a été accepté sans objection, et en 2012, il a été officiellement enregistré par le consortium Unicode, ce qui en fait officiellement partie de la norme ISO / IEC 1046.

Aujourd'hui, les Arméniens sont le seul peuple au monde dont le symbole de l'éternité fait partie intégrante de la culture symbolique de l'art et de l'âme. Il est largement utilisé comme symbole de l'identité arménienne.

Ahnliche Reisen