Talin

A l’époque pré-arabe, Talin était le centre de la principauté des Kamsarakan, auxquels on doit la cathédrale et l’église de la Sainte-Mère-de-Dieu, bâties au VIIe siècle. 

Bourg important à l’époque des royautés (Xe siècle), Talin tombe ensuite dans un déclin irrémédiable. Après les attaques arabes («massacre de Talin» au VIIIe siècle), les destructions perpétrées par les Seldjoukides (1161-1162) et le massacre commis par le sultan ottoman Sélim II (1514), le séisme de 1840 et les ravages de l’urbanisme soviétique en auront la raison.

«... Comme en bien d'autres endroits d'Arménie, les stèles ou les pierres tombales appellent à Talin au déchiffrement, à la reconnaissance. Le corps dans la chaleur se penche, cherche les scènes, met en rapport les formes qui s'effacent dans la pierre et des souvenirs dans les livres. Comme si l'on cherchait dans la solitude du lieu un autre écart, une autre absence.»

«Rémy Prin - Parole et Patrimoine»