Mémorial du génocide ou «Tsitsernakaberd»

Perché au sommet de Tsitsernakaberd, face au mont Ararat et surplombant la capitale, le mémorial du génocide des Arméniens par les Turcs, en 1915, est une admirable réalisation. 

Conçu par les architectes Tarkhanian et Kalachian, il a été inauguré en 1967. Sur un immense parvis de dalles en basalte, 12 stèles massives s’inclinent sur le foyer central de la flamme éternelle.

A proximité se dresse la flèche de la Renaissance du peuple arménien, dominant le long mur du Deuil où sont gravés en «caractères de fer» les noms des villes martyres d’Arménie occidentale.

Chaque 24 avril, jour de la commémoration du génocide, c’est par milliers que les Arméniens du monde entier y affluent.